Après 2 ans de crise, où en sont les TPE et PME ?

Les TPE/PME sont désormais majoritairement confiantes dans leur avenir mais les défis qu’elles doivent relever restent néanmoins nombreux !

Décembre 2021, le Cercle Perspectives* a conduit une vaste enquête auprès de 4 433 TPE/PME afin de faire le point sur leur situation et leurs perspectives de développement, après deux ans d’une crise sanitaire et économique qui les a mis à rude épreuve.

¾ des TPE/PME confiantes dans l’avenir !

Après deux ans de crise sanitaire, 3/4 des TPE/PME se montrent aujourd’hui confiantes dans l’avenir. 73% d’entre elles estiment ainsi que leur chiffre d’affaires sera, en 2022, supérieur (44%) ou égal (29%) à celui enregistré en 2019. Les patrons de TPE/PME sont également très majoritairement confiants dans la croissance (67%), la solidité financière (74%) et plus généralement l’avenir (79%) de leur entreprise dans les trois prochaines années.

Dans le contexte actuel de reprise économique, les 3 priorités auxquelles les dirigeants de TPE/PME accordent le plus d’importance sont leur structure financière (93%), leur développement commercial (84%) et la santé économique de leurs prestataires et partenaires (83%), révélant ainsi que la survie de leur entreprise et leur développement commercial sont au cœur de leurs préoccupations.

Face à la crise, des TPE/PME innovantes et résilientes.

Depuis deux ans, les TPE/PME françaises se montrent innovantes, agiles et dynamiques face à la crise. Plus du tiers d’entre elles envisagent ainsi de développer de nouveaux produits et/ou services (37%) ou investissements (33%). Les TPE/PME sont également nombreuses à envisager le développement de nouveaux partenariats (29%) ou la recherche de nouvelles compétences (20%). Les mesures sanitaires ont également massivement conduit les TPE/PME qui en avaient la possibilité à développer leurs canaux digitaux : seules 8% des TPE/PME concernées n’ont pas fait évoluer le périmètre de leurs offres sur internet. Les secteurs qui ont le plus eu recours à cette possibilité sont les secteurs du commerce, de l’hébergement et de la restauration (42,3%). Dans le contexte tendu de la crise sanitaire, 8 TPE/PME sur 10 ont réussi à préserver leur relation client ou à l’améliorer. A l’inverse, les secteurs ayant le plus pâtît des restrictions sanitaires – hébergement, restauration, arts et divertissements – indiquent avoir vu leur relation client se dégrader.

 

La RSE majoritairement au cœur des préoccupations des TPE/PME.

65% des TPE/PME se sentent en effet concernées par leur responsabilité sociale et environnementales, tandis que 56% d’entre elles estiment que leurs engagements sociaux et environnementaux sont importants. Les TPE/PME doivent néanmoins être accompagnées dans ces démarches, puisque 82% d’entre elles admettent ne pas avoir pu développer de politique RSE, principalement en raison du caractère prioritaire de la relance de l’activité de leur entreprise (59%) ou parce qu’elles n’en ont pas les moyens (33%).

Les défis et difficultés que doivent relever ces entreprises.

Si les TPE/PME abordent majoritairement l’avenir avec confiance, trois facteurs conjoncturels nécessitent néanmoins de faire l’objet d’une attention particulière de la part des pouvoirs publics :

  • la hausse des prix, qui a un impact important sur les coûts de production de 84% des TPE/PME, qui estiment nécessaire de devoir la répercuter sur leurs prix de vente ;
  • les ruptures d’approvisionnement qui perturbent 68% des TPE/PME ;
  • Les difficultés à recruter ou à conserver des profils correspondant à leurs attentes concernent 83% des TPE/PME. Ces difficultés de recrutement pèsent, dans 91% des cas sur leur niveau d’activité.

Une fragilité face à la conjoncture. 

En cas de nouveau retournement conjoncturel, les TPE/PME demeurent soumises à deux fragilités structurelles importantes.

  • Désendettement et remboursement du PGE : les TPE/PME sont aujourd’hui majoritairement entrées dans une phase de désendettement, dont 67% d’entre elles ont bénéficié d’aides financières de l’Etat ; or, 84% d’entre elles ayant contracté un PGE ne l’ont pas encore remboursé, et 34% d’entre elles estiment qu’elles auront du mal à le faire.
  • Niveau d’anticipation des risques insuffisant : seules 20% des TPE/PME ont ainsi renforcé récemment leur protection face aux cyber-attaques, et 75% d’entre elles déclarent ne pas avoir le temps et les ressources nécessaires pour anticiper et préparer les réponses adaptées face aux risques qui pourraient pénaliser leur activité.

Enfin, les secteurs de l’hébergement, de la restauration, de l’art et du divertissement ont été particulièrement fragilisés par la crise. 63,6% des TPE/PME du secteur de l’hébergement/restauration estiment ainsi que leur chiffre d’affaires sera, en 2022, inférieur à celui de 2019 (contre 27% en moyenne), et elles sont 33,3% à déclarer ne pas être confiantes en l’avenir de leur entreprise dans les trois prochaines années (contre 21% en moyenne).

Des disparités sur la positivité des TPE/PME quant à leur avenir.

Accompagnée par les régions Bourgogne, Pays de la Loire, l’Ile-de-France caracole en tête des régions où les TPE/PME sont les plus positives quant à leur avenir. Les Hauts-de-France, l’Occitanie et la région PACA sont en retrait quand on pose aux dirigeants des TPE/PME la question sur la confiance qu’ils ont en leur avenir. Les régions touristiques les plus affectées par la crise ont assez naturellement vu la confiance de leur entreprise se dégrader.

*Ce collectif regroupe près de 15 000 professionnels du conseil d’entreprises issus de 17 cabinets d’expertise-comptable parmi les plus importants du marché national, dont FITECO qui fait partie des membres fondateurs. Pour plus d’informations sur le Cercle Perspectives : cliquez-ici !

Share Button