Réouverture des terrasses des restaurants et cafés : entre solidarité et retour à une vie « normale ».

Pour beaucoup d’entre nous, l’ouverture des terrasses de restaurants et de cafés marque les prémices d’un prochain retour à une vie « normale ». Depuis le 19 mai, ces derniers accueillent à nouveau des clients, dans des conditions bien définies, comme par exemple, des tables limitées à 6 personnes et une capacité d’accueil réduite de moitié.

Alors que certains préfèrent attendre le mois de juin pour rouvrir dans des conditions moins contraignantes, d’autres, au contraire ont dit oui à la possibilité de retrouver le chemin de leurs établissements dès ce mercredi 19 mai.

S’ouvre une nouvelle période où l’on peut voir se manifester de véritables élans de solidarité entre les établissements. En dehors des aménagements et dispositifs mis en place par le gouvernement ou les municipalités, les établissements essaient de se serrer les coudes. La communication d’informations ou encore le partage d’espaces entre eux sont d’actualité, à l’image par exemple du restaurant Les Feuillantines qui pourra bénéficier de l’aide et de la terrasse de son homologue d’en face pour s’installer et augmenter sa capacité d’accueil.

Nos clients* en parlent : « une ouverture avec le frein à main ».

« On ouvre parce qu’il y a une demande » explique Monsieur Monnier, dirigeant du restaurant Les Feuillantines à Chartres. Malgré l’engouement certain des Français à vouloir reprendre une vie comme avant la crise sanitaire, la reprise économique des établissements CHR (cafés, hôtels et restaurants) reste encore compliquée. Cependant, l’envie de retrouver leurs équipes, leurs clients, de retisser du lien et aussi participer à terme la relance économique demeurent les objectifs principaux de ces dirigeants.

Des terrasses soumises aux contraintes extérieures.

Pour nos clients qui ont dû faire également face à une météo incertaine, adaptation et réactivité sont les enjeux majeurs de cette réouverture. On parle notamment d’une « réactivité de dernière minute » pour le café Philippe à Paris. Il devient ainsi difficile de faire des objectifs et des prévisions avec de tels paramètres, l’avancement se fait à tâtons, et les interrogations demeurent.

Des risques de défaillances élevés et un chômage partiel encore majoritaire et nécessaire.

Il est évident que les CHR ont pris de plein fouet les conséquences dues à la crise sanitaire et font partis des secteurs les plus touchés.

Chaque établissement a ses propres spécificités, mais le chômage partiel semble être un point commun à ceux-ci. Avec une jauge limitée et donc des rendements moins élevés, une partie des 960 000 actifs de ce secteur devra attendre encore un peu avant de retrouver les équipes au complet.

Par ailleurs, le dernier baromètre publié par le Cercle Perspectives relève que deux tiers des entreprises ont fortement entamé leur PGE pour payer leurs frais fixes et préserver leur flexibilité financière. Les conséquences sont lourdes, plus de la moitié des établissements sondés ont un risque de défaillance. **

Afin de limiter ces dernières, le Cercle Perspectives propose notamment d’envisager le décalage du remboursement du PGE avec une période de franchise de 2 à 3 ans ainsi que son prolongement sur une période totale d’au moins 10 ans. Une solution nécessaire, selon le Cercle Perspectives, pour pérenniser l’activité des CHR.

Un accompagnement FITECO sur mesure jugé « indispensable » à la traversée de cette période.

« Nous avons été satisfaits du soutien juridique, social et comptable apporté par FITECO » soulignait Mme Desvaux, responsable du Restaurant le 20, à Sainte-Luce-Sur-Loire. Un sentiment partagé par de nombreux établissements.

Dans une période où les informations ont été nombreuses, complexes à appréhender, voire parfois confuses, les collaborateurs des cabinets d’expertise-comptable ont joué un rôle d’expert et de décrypteur et ont mis en place les différents dispositifs d’aides possibles pour ces établissements.

La route est encore longue avant un retour à une forme de nouvel équilibre, mais nos équipes FITECO restent plus que jamais mobilisées pour accompagner et soutenir les dirigeants d’établissements CHR dans cette crise !

 

*Témoignages récoltés auprès de plusieurs établissements CHR clients FITECO :
– Café Philippe, Paris – M. Bourgogne
– Les Canisses, Saint-Pierre-La-Garenne – M. Honnet
– Restaurant le 20, Sainte-Luce-Sur-Loire – Mme Desvaux
– Les Feuillantines, Chartres – M. Monnier

 

** Etudes réalisées par le Cercle Perspectives (qui regroupe 17 des 60 premiers cabinets d’expertise-comptable français et près de 15 000 professionnels) auprès de plus de 1500 établissements indépendants CHR issues de toutes régions de France, sorties le 7 mai 2021. Article complet ici

Share Button